Retour

Présentation

C’est sur le territoire de la Culture et de la Création, plus communément appelé Plaine Commune, que naît l’idée du Club des locataires. C’est dans une dynamique d’innovation sociale, d’innovation des services, de développement économique et culturelle que s’inscrit ce projet ambitieux d’économie sociale et solidaire. Il a pour objectif premier de permettre aux locataires du logement social de regagner en pouvoir d’achat grâce à la négociation mutualisée.

Le projet du club

Autour de cette idée novatrice, portée et soutenue par l’OPH Plaine Commune Habitat, vont progressivement se mobiliser des locataires conscients de la force du nombre pour négocier et proposer des offres de biens et de services qui répondent à leurs besoins. Tout en s’inscrivant au cœur du réseau des acteurs économiques locaux, l’association « Club des locataires » ainsi créée par et pour les locataires, vise également au développement des échanges entre locataires pour densifier les relations de voisinage et que s’expriment toutes formes de solidarités.

Plaine Commune est un territoire riche de par sa diversité et sa créativité. Le Club des locataires en est l’exemple parfait. Patrick Braouezec, président de Plaine Commune


Le Club des locataires est aussi une opportunité pour les entreprises et les commerçants du territoire qui l’intègreront. Cette innovation tournée vers le développement économique local ne peut que nous séduire Francis Dubrac, président de Plaine Commune Promotion


Le Club des locataires n’a pas d’équivalent mais je suis convaincu qu’il a de beaux jours devant lui. Basé uniquement sur la capacité d’empowerment des locataires, le club permet à la fois aux locataires touchés de plein fouet par la crise économique de gagner en pouvoir d’achat et de recréer du lien social. Ça ne peut être que gagnant. Stéphane Peu, président de Plaine Commune Habitat

Le Club, dont les activités ont été lancées en septembre 2016, a notamment été primé au concours national « S’engager pour les quartiers » organisé par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) et la Fondation d’Action Contre l’Exclusion (FACE).