Retour

Plaine commune : bienvenue au club des locataires !

L’initiative, lancée il y a 18 mois et unique en France, permet à des locataires réunis en association de négocier des offres avantageuses auprès des commerçants de leur quartier. Le club compte déjà 900 adhérents.

Obtenir une ristourne auprès d’un artisan local, bénéficier de - 10 % sur la note du restaurant au coin de sa rue ou chez le petit commerçant de son quartier. Voici, pêle-mêle, les avantages que procure la carte du Club des locataires. Ce dispositif unique en France est proposé par le bailleur social Plaine commune habitat dans son parc de 18 000 logements répartis sur les neuf communes du territoire (Saint-Denis, Aubervilliers, Saint-Ouen…) La carte est gratuite, et permet de « profiter de la force du nombre pour négocier des tarifs préférentiels », présente Stéphane Peu, député PCF, l’initiateur du projet lorsqu’il était encore président de l’office HLM. Le club des locataires a été primé lors du concours national « S’engager dans les quartiers » en 2015. En septembre 2016, une association est née. Plus de 900 habitants y ont adhéré.

« On estime le regain de pouvoir d’achat à 500 € par an. Nous avons pour le moment 25 partenaires, commerçants et artisans, essentiellement à Saint-Denis », décrit Sofia Boutrih, la responsable du projet. Le produit phare proposé aux adhérents du club des locataires ? Un tarif préférentiel sur une assurance habitation. « Les personnes qui avaient du mal à boucler les fins de mois ne renouvelaient pas toujours leur assurance », constate Sofia Boutrih. Elle a donc frappé à la porte des agences de Saint-Denis et a réussi à convaincre le courtier Rodassur, situé à deux pas du parc de la Légion d’honneur, de devenir partenaire.

Saint-Denis, mercredi 14 février. Grâce Rodrigues est la gérante de l’agence Rodassur, courtier en assurance. LP/R.C. « Nous proposons une formule essentielle jusqu’à 30 % moins cher selon la taille du logement. Nous avons aussi lissé nos tarifs pour toutes les villes du territoire de Plaine commune. Le club nous amène de nouveaux clients, nous leur rendons au niveau du prix », expose Grâce Rodrigues, la directrice de l’agence. Un quart des adhérents au club des locataires ont ainsi souscrit à cette assurance.

Les restaurateurs trouvent aussi leur compte dans ce partenariat. « Toutes les initiatives sont bonnes pour attirer de nouveaux clients », reconnaît Marc Boulanger, le gérant de O’Grand Breton. Ce bistrot à la cuisine fait maison offre une réduction de 10 % sur les menus du midi. Et cela paye : « Environ 10 % des clients sont membres du club des locataires », indique-t-il.

Saint-Denis, mercredi 14 février. Marc Boulanger (à gauche), est le gérant du restaurant O’Grand Breton. Il est épaulé par le chef Daniel Bessonneau. LP/R.C. Le club des locataires souhaite désormais étendre ses services. « Une plate-forme d’échanges sera mise en ligne fin avril, où les gens pourront proposer des offres de bricolage, des cours d’alphabétisation. Le but est de créer du lien social car les voisins ne se côtoient pas forcément », constate Sofia Boutrih. Reste à développer le réseau, pour le moment très concentré sur Saint-Denis. Laurent Russier, président de Plaine commune habitat et maire (PCF) de Saint-Denis, mise « sur un effet contagieux ». Il continuera à soutenir financièrement le projet, à hauteur de « 1 € par logement, soir 17 800 € », précise ce dernier, qui estime que ce club « est aussi un pied de nez au gouvernement qui perçoit les offices HLM comme des dinosaures incapables de se moderniser. » www.leclubdeslocataires.com. Tél. : 01.48.13.62.43. « J’ai redécouvert les petits commerçants de mon quartier » Ceux qui l’ont essayé l’ont adopté. Lydie Lequette, habitante du Franc-Moisin à Saint-Denis, fait partie des 900 membres du club des locataires de Plaine commune habitat. « Grâce à la carte, on a accès à beaucoup de réductions. C’est super pour les gens qui ont des petits budgets. Par exemple, avec la réduction de 15 % chez le fleuriste, j’ai pu offrir un plus joli bouquet à ma mère pour son anniversaire », apprécie la jeune femme de 29 ans. Daniel, un retraité de 67 ans, a quant à lui profité de son inscription au club des locataires pour changer son assurance habitation. « Avec le même contrat mais en changeant d’agence (Rodassur, NDLR), j’ai économisé 80 € par an. Quand on a une petite retraite, soit 1 500 € à deux, ce n’est pas négligeable », fait remarquer cet habitant de Pierre-Sémard à Saint-Denis. Il utilise aussi sa carte à Carrefour. « Le magasin offre la livraison à partir de 40 € au lieu de 70 € d’achat. C’est utile parce qu’à mon âge, j’ai du mal à descendre les escaliers de mon immeuble. » « Moi j’ai redécouvert les petits commerçants de mon quartier », vante Sophie Hammache Gamar, 45 ans. Ça nous fait de sortir de chez nous et redécouvrir notre ville ». R.C.